Nicolas Sarkozy se rapproche de Jean-Marie Le Pen Une Parodique

Selon Le Parisien du 8 avril, Nicolas Sarkozy aurait déclaré devant des proches : «Bayrou, c’est comme le sida… Quiconque le touche meurt !»

Des propos lamentables rappelant ceux de Jean-Marie Le Pen en 1987, qui voulait alors enfermer les malades du sida, qu’ils désignaient par le néologisme « sidaïques », précisant qu’ils étaient contagieux par la salive, la transpiration et le contact comme « une espèce de lépreux ». Ces deux « spécialistes » de la désinformation sont de plus en plus proches sur le terrain de la discrimination. Rappelons que le virus, le V.I.H., ne se transmet pas par la salive, la transpiration ou encore le simple contact ; que le sida est un stade avancé de la maladie ; que les traitements actuels permettent dans la grande majorité des cas de ne pas arriver jusqu’au stade de sida déclaré et que ces mêmes traitements permettent de réduire la charge virale (la contagiosité) des séropositifs et qu’ils peuvent ainsi vivre de manière presque normale.

On connaissait l’homophobie de Nicolas et Jean-Marie ; ils ont désormais un point commun supplémentaire : la sérophobie (discrimination basée sur le statut sérologique).

Commentaires