C’est par un communiqué de presse, publié ce 23 juillet 2015, que le directeur de publication de Têtu, Jean-Jacques Augier, a annoncé la disparition du magazine gay, suite à sa mise en liquidation judiciaire.

Le magazine Têtu, bien que bénéficiant d’une notoriété importante, n’avait en effet jamais été rentable. Il fonctionnait depuis 20 ans sous perfusions, grâce à la générosité de son ancien propriétaire : Pierre Berger.

De nombreuses « nouvelles formules » se sont succédé ; quelques anciens journalistes étaient même revenus lors d’une courte collaboration avec le site Yagg (lui aussi en difficulté).

Avec le temps, Têtu s’était éloigné de son lectorat, qui lui reprochait notamment : son parisianisme, un ton moraliste en matière de prévention des IST et une déconnexion avec la réalité de la communauté gay actuelle.

Le magazine gay Têtu disparait

23 Juillet 2015 – Communiqué : TÊTU, c’est fini…

Le Tribunal de Commerce de Paris vient de prononcer la mise en liquidation judiciaire de CPPD, la société éditrice du magazine TÊTU.

Cette décision était inévitable compte tenu de l’absence de toute offre de reprise du titre, et de l’aggravation des difficultés financières de son exploitation depuis sa mise en redressement judiciaire.

En ce jour infiniment triste où disparaît le titre emblématique de la communauté LGBT francophone, je voudrais exprimer mes remerciements à l’équipe qui, ces dernières années, l’a réalisé.

Tous – journalistes permanents, pigistes, responsables d’édition et de direction artistique, commerciaux, informaticiens, etc. – ont contribué avec professionnalisme et passion à la création, chaque mois renouvelée, d’un magazine de très grande qualité, plaisant et utile, intéressant et surprenant. Les sujets les plus variés ont été abordés, depuis les plus communautaires jusqu’à ceux propres à intéresser le public le plus large. De nombreuses personnalités de premier plan nous ont accompagnés, aidés, ont accepté de se confier à nos lecteurs. Que tou.te.s en soient remercié.e.s.

Je sais que nous pouvons garder la collection des numéros publiés avec la certitude de notre fierté à tous lorsque, plus tard, nous les relirons.

Une conjoncture économique difficile, des problèmes structurels de distribution, des agences de publicité pusillanimes… sont les causes principales des difficultés rencontrées. Mais aussi un lectorat gay largement démobilisé, heureux des avancées législatives récentes et désireux de ne plus se distinguer. C’est une erreur largement répandue parmi les gays de penser que l’indifférence à notre différence est définitivement acquise, qu’une page peut être tournée et qu’être ou ne pas être gay n’est plus, sur la place publique, pertinent.

L’absolue nécessité d’un media de masse portant haut les couleurs des LGBT n’a nullement disparu, j’en ai hélas l’absolue conviction.

Peut-être un repreneur de la marque TÊTU, axant plus résolument son exploitation sur les supports numériques, se manifestera-t-il à la rentrée et réussira-t-il à trouver un chemin vers la rentabilité…

Pour l’instant, c’est la tristesse qui prédomine, alors qu’arrive à son terme une magnifique aventure qui aura duré vingt ans.

Merci à tous ceux qui nous ont accompagnés, et en premier lieu à nos abonnés.

Par Jean-Jacques Augier
Directeur de Publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website