francequebec-flag Alors que j’avais une réflexion sur le fait que la langue d’origine française parlée au Québec pourrait constituer un dialecte plutôt qu’un accent : je découvre qu’il existe deux écoles de pensée en matière de langue au Québec. Le débat sur la norme du Français québécois oppose deux camps : celui des endogènistes (aménagistes) et l’autre, que l’on pourrait appeler celui des exogènistes. Les premiers considèrent que le Français québécois doit avoir sa propre norme, distincte du Français standard, les autres considèrent qu’en faisant cela, le Français québécois se « ghettoïserait ».

"Endogènistes"

Le Français vaut aussi bien que les autres variétés de Français.

Le Français standard est un absolu qui n’existe pas.

Le Français québécois a ses régionalismes (québécismes), et le Français de France aussi (francismes)

La culture québécoise rayonne partout dans la Francophonie. C’est un signe de sa viabilité et de la facilité qu’on a à comprendre les francophones du Québec.

Le Français québécois est plutôt bien compris, où qu’on aille dans la Francophonie.

"Exogènistes"

Les francophones du monde entier essaient d’éviter les régionalismes à l’écrit et dans le style soutenu (comme en public). C’est aussi ce que devraient faire les Québécois.

Le Français standard est un absolu et le Français est la variété de Français qui tend le plus vers cet absolu.

Le Français de France a des régionalismes, mais beaucoup moins qu’en a le Québécois. Les régionalismes ne se trouvent d’ailleurs qu’en région ou en périphérie de Paris (la province), puisque c’est Paris qui dicte la norme du Français.

Si les artistes québécois écrivent dans une langue qui n’est pas comprise de tous les francophones, pourquoi ces derniers se sentiraient-ils concernés et achèteraient-ils des produits québécois?

Le Français québécois n’est bien compris qu’au Québec et dans les régions avoisinantes (Ontario, etc.). Le fait d’en faire une norme reviendrait à isoler le Québec et peut-être à favoriser l’anglicisation de ceux qui aspirent à une langue internationale.

Plus d’informations sur Wikipédia.

Au regard de ces argumentaires, je me positionne comme un Exogèniste. Selon moi, si l’on prétend parler le français, il faut se plier aux règles existantes, l’Académie française faisant foi. Sinon, il faut parler d’une langue que l’on pourrait appeler le Québécois, qui serait une langue à part entière telle que l’Irlandais ou l’Écossais sont des dérivés de l’Anglais.

Commentaires