Ce jour fut marqué par une rencontre du 3ème type. En ce 15 novembre pluvieux, j’ai rencontré l’auteur Bernard Werber. Il est de passage à Montréal pour la promotion de son dernier livre: le Mystère des Dieux. A l’occasion d’une conférence suivit d’une séance de dédicace, j’ai eu le plaisir de lui poser quelques questions. Un vrai plaisir, car Werber est un homme très agréable, simple, accessible, en somme: extrêmement sociable. Alors qu’il devait répondre dans un premier temps à une interview, il s’adressa au public et demanda au caméraman de filmer les lecteurs car il souhaitait créer une certaine interactivité. Lorsque mon tour fut venu, je lui ai demandé la question suivante: « J’aime la littérature remettant en cause  les religions, et donc j’aime vos livres, tout comme ceux de Dan Brown, l’auteur du Da Vinci Code. Dernièrement j’ai découvert à son sujet qu’il avait déclaré être catholique, un fait assez surprenant pour un auteur remettant en cause l’église au gré de ses bouquins. De votre coté, vous sentez-vous ou vous êtes-vous déjà senti proche d’une des religions ou philosophies établies, tel que le bouddhisme. »

Bernard Werber prit le temps de me répondre, et comme l’homme est prolifique, sa répondre fut assez longue et complète, reprenant de nombreux éléments historiques depuis Jésus, jusqu’à notre époque. Grosso-Modo, il s’inscrit dans lignée, d’un courant de pensé initié à l’époque de Jésus et qui finalement se retrouve comme le fil conducteur de nombreuses religions. Une filiation qui prend pour base des notions tel que « Aide ton prochain et le ciel t’aidera ».

Dans un second temps, lors de la dédicace, j’ai pu évoquer avec lui, l’émission « On n’est pas couché » de Laurent Ruquier. Il y a quelques jours, j’ai pu voir ce programme sur TV5, Werber était l’un des invités et il s’est fait attaquer par les polémistes (et non pas les journalistes) Éric Zémour et Éric Naulleau. Le premier a avoué à l’antenne qu’il n’avait même pas lu le bouquin. Quant au second, Bernard Werber m’a confirmé que les pages de son livre étaient encore collées, et qu’il ne l’avait que vaguement feuilleté. Résultat, ils osent descendre son style, le trouvant simpliste, etc. La réponse de l’auteur fut excellente et j’ai tenu à lui dire. En fait son style est reconnu par les lecteurs, c’est un style à part entière, simple à lire en effet mais où l’histoire a une très grande place et suscite des réflexions profondes sur l’existence. En règle général, ce qui se vend et est populaire n’a pas grâce à leurs yeux et ce qui est illisible et ne trouve pas de lecteur relève du génie! Laissez-moi rire, il n’y a qu’eux pour ne pas se rendre contre de leur ridicule et de leur comportement identifiable par le mot: jalousie!

Bernard Werber

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website